Ceci est une ancienne révision du document !


Problèmes de graphie, de phonétique et de phonologie en latin

et dans les autres langues de l’Italie ancienne



Vendredi 6 novembre 2004

Invités d’honneur : Luciano AGOSTINIANI (Florence / Pérouse), Paolo POCCETTI (Rome), Helmut RIX (Fribourg-en–Brisgau).


Il s’agit bien d’un “atelier” ou d’un “séminaire de recherche” - et non d’un colloque – au cours duquel les participants sont invités à mettre en commun leurs connaissances pour tenter de résoudre, de manière pluridisciplinaire et transversale, certains aspects de la linguistique latine. On propose trois axes de discussion :

  1. En premier lieu, les rapports de la graphie avec la phonétique / phonologie en latin et dans les langues de l’Italie ancienne.
  2. En second lieu, on mettra en valeur les points de convergence et de divergence du latin et des langues voisines pour répondre à la question suivante : « En quoi les autres langues de l’Italie ancienne peuvent–elles éclairer les problèmes particuliers posés par la phonétique et la phonologie du latin ? L’apport des langues de l’Italie ancienne à la connaissance du latin ».
  3. On tentera, pour le troisième axe, d’appliquer au domaine linguistique de l’Italie ancienne les méthodes de la dialectologie des langues contemporaines, en raisonnant le plus possible en termes de “variations linguistiques”, sans présupposer qu’à l’intérieur d’une même aire géographique et linguistique, le traitement de tel ou tel fait soit uniforme. On admettra, au contraire, comme hypothèse de travail, qu’il existe une pluralité de traitements phonétiques pour un même fait à l’intérieur d’une même unité linguistique reconnue. Le troisième sujet de réflexion de cet atelier sera donc : « Entre la linguistique comparée et la perspective dialectologique : tentative d’application de la notion de “variation linguistique” ».


Liste des participants actifs (d’autres personnes ont assisté à l’atelier sans prendre part à la discussion) : L. Agostiniani (Florence/Pérouse), F. Biville (Lyon 2), J.-P. Brachet (Paris IV), D. Briquel (Paris IV et EPHE), A. Christol (Rouen), J. Clackson (Cambridge), E. Dupraz (Rouen), M. Fruyt (Paris 4), S. Kiss (Budapest), Ch. Kircher (Nice), B. Laks (Paris 10-Nanterre), D. Molinari (Poitiers), A. Morel (Paris IV), C. Moussy (Paris IV), A. Orlandini (Toulouse), G. Pinault (EPHE), P. Poccetti (Rome 2), H. Rix (Fribourg), S. Roesch (Tours), M. Rossi (Aix-en-Provence), Ch. Touratier (Aix-en-Provence), G. van Heems (Paris IV).



Vendredi 7 octobre 2005 (14 h – 18 h, Salle des Actes, Paris IV)

  • KESSLER-MESGUICH Sophie,
    “L’adaptation de l’alphabet phénicien aux langues sémitiques écrites alphabétiquement (arabe, hébreu, araméen)”
  • TOURATIER Christian,
    - “Essai de graphématique latine”
    - “L’alphabet grec : du phénicien au grec”

Samedi 8 octobre 2005 (10 h – 18 h, Amphi. Chasles)

  • 10h–12h : MARTZLOFF Vincent,
    “Reflets de la racine * bhu- en italique ( fi o-, fuat, l’imparfait latin en - ba-)
  • 14h : AGOSTINIANI Luciano,
    “Décalages entre graphie et prononciation dans les langues de l’Italie ancienne”
    POCCETTI Paolo, “Problèmes posés par la valeur de la lettre “z” en latin et dans les autres langues de l’Italie ancienne”